Retour aux articles

Moelle épinière et colonne vertébrale : connaissez-vous la différence ?

Tree Par FSK Category icon Santé Physique Calendar icon avril, 2021 Clock icon 2 minutes

Toute personne souffrant d’une lésion médullaire entendra très souvent les termes moelle épinière et colonne vertébrale. Bien qu’ils puissent sembler similaires, comprendre leurs différences peut vous aider à appréhender leurs rôles uniques dans votre lésion.

Pour les non-initiés, les expressions « colonne vertébrale » et « moelle épinière » peuvent sembler faire référence à la même partie du corps. Si les deux ont un rôle essentiel dans le bon fonctionnement du corps, leurs différences sont assez marquées.

 

En résumé, la colonne vertébrale est constituée d’os. La moelle épinière est faite de nerfs.

 

La colonne vertébrale, ou colonne comme on l’appelle le plus souvent, est la colonne d’os qui sont connectés et empilés les uns sur les autres, de la base du crâne jusqu’au bas du dos. Chaque os est appelé vertèbre. Ces vertèbres sont les éléments constitutifs de la colonne vertébrale et remplissent plusieurs fonctions essentielles.

 

Avant toute chose, elles protègent et soutiennent la moelle épinière, qui permet au cerveau de transmettre des messages au reste du corps. Elles servent également à soutenir la majorité du poids du corps.

 

La moelle épinière est pour sa part un faisceau fragile et dense de nerfs qui part également de la base du cerveau vers le bas, en traversant l’espace creux de chacune des vertèbres. En tant qu’élément clé du système nerveux, la moelle épinière est la voie nerveuse qui permet au cerveau et au corps de communiquer entre eux.

 

31 paires de nerfs spinaux se ramifient à partir de la moelle épinière, ce qui correspond au nombre et à l’emplacement des vertèbres au point le plus proche de leur sortie de la colonne vertébrale. Ils se ramifient ensuite encore en de nombreux nerfs répartis dans l’ensemble du corps. C’est ce système qui permet au corps et au cerveau d’échanger les signaux nécessaires à leur bon fonctionnement.

 

Lorsque des événements violents se produisent, endommageant les vertèbres, ils provoquent souvent des lésions au niveau de la moelle épinière, réduisant ainsi la capacité du cerveau et du reste du corps à communiquer.